Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
lafarandoledeslivres.com

lafarandoledeslivres.com

Menu
La rue

La rue

Peut-on s'en sortir lorsque l'on est femme, noire et responsable d'un enfant à Harlem dans les années 1940 ? 

Lucy quitte le domicile conjugal. Son mari  n'a pas trouvé de travail (comme tous les hommes noirs à cette époque) et il devient de plus en plus irascible. La distance s'installe entre eux et il va trouver une maîtresse. Lucy se sent de trop dans sa propre maison et elle decide de partir  avec son fils de 8 ans et elle déménage. . Elle se promets de réussir pour elle et pour son fils. Mais voilà, avec le peu d'argent qu'elle a , elle loue un sordide appartement dans la 116è avenue à Harlem. C'est le territoire de la débrouille et de la délinquance. Elle ne veut pas de ça pour son fils et elle va saisir toutes les possibilités qui se présentent à elle pour s'en sortir . Le fait d'être très belle ne l'aidera pas, au contraire. Le concierge a des vues sur elle, ainsi que le patron du bar et son homme de main. 

Parallèlement, Min, la femme du concierge, est une femme soumise et malheureuse. Très laide aussi.  Elle pense sauver son couple en  allant voir "un mage". C'est un épisode pittoresque du livre.  Elle comprends que "le mage" ne peut pas faire des miracles. Cependant, il lui  donne plus qu'elle ne pensait jamais recevoir : la considération d'un autre être humain et pour Min,  c'est exceptionnel. Elle ne pensait pas vivre cela de son vivant. Et elle va gagner en confiance. 

Tout au long du livre, l'intrigue est menée de telle sorte que le lecteur pense que Lucy va s'en sortir. Et le final est époustouflant de surprises !!!

Pour moi, c'est un livre choc, qui remue en profondeur le mythe du "si nous voulons, nous pouvons". Dans bien des situations dans le monde, encore actuellement, bien des volontés sont en marche mais les résultats ne sont pas ceux souhaités. Qui peut dire à un jeune orphelin tahitien, esclave de sa famille éloignée , suite au cyclone qui a ravagé l'île, que le présent est supportable et que l'avenir est beau ? Qui peut dire à une jeune pakistanaise, mariée de force à un homme qu'elle n'a pas choisi, que c'est normal ? Et en France aussi, malgré toutes les bonnes volontés, quelquefois, les situations empirent. Comme cette mère de famille autiste Corine  qui pour trouver de l'aide pour son fils cadet aussi autiste  se tourne vers les services sociaux et se voit retirer toute la fratrie. 

Ce livre questionne aussi notre capacité à juger les situations dans leur ensemble. Se mettre à la place de l'autre est souvent difficile. Voir ce que l'autre vit demande de l'attention, de la compréhension et de l'écoute. 

Aujourd'hui, vit - on mieux à Harlem ?  

Ann Pétry " La rue " Ed 10/18 Image : couverture de livre