Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
lafarandoledeslivres.com

lafarandoledeslivres.com

Menu
Sylvain Tesson

Sylvain Tesson

J'ai découvert Sylvain Tesson dans ses écrits retraçant son hibernage en Sibérie. Déjà à l'époque, je trouvais qu'il était libre et que son champs d'action était le monde.

J'ai su qu'il était tombé d'un toit seulement en lisant ce livre. Oui, il est sorti bien cabossé, mais encore une fois désireux de conserver sa liberté. Pas de centre de rééducation mais une marche difficile  à travers les sentiers de notre belle France. Quelle belle description des arbres, nature, murets ! Combien de fois n'ai pas ressentie cela sans pour autant avoir le talent de l'écrivain. Car bien sûr, c'est remarquablement écrit...

Cela m'a fait pensé à un autre livre qui n'est pas dans le même registre mais qui parle aussi des sentiers que plus personne emprunte, hélas : la diagonale du vide de Pierre Péju.

Maintenant, lorsque je vais marcher dans mes sentiers de Saône et Loire, je pense à Sylvain Tesson et je me prends pour une aventurière. J'ai beaucoup d'admiration pour la magie de la nature et pour ce qu'elle est capable de produire chaque année. Regardons les feuilles vert pomme des chênes en ce moment. 

Et puis, je vis dans un" bassin d'hyper ruralité" où il fait bon vivre et où ne pas tout avoir sur place est plutôt un avantage qu'un inconvénient. Cela développe notre créativité.

Sylvain Tesson " Sur les chemins noirs Ed Folio

J'ai acheté ce livre en même temps que le précèdent. Le titre me plaisait et j'ai découvert quinze nouvelles qui finissent toutes mal. Prix Goncourt de la nouvelle 2009, j'étais certaine d'être portée par ces histoires un peu étranges. 

J'ai particulièrement bien aimé "le lac " parce que tout semble paisible près d'un lac et je me suis bien demandé comment cela pouvait finir mal. Le dessein de cet homme à prendre la retraite va être contrecarré en une seconde. 

Les autres nouvelles ont elles aussi une chute que j'ai attendu et que, malheureusement je n'ai que rarement deviné.

Sylvain Tesson " Une vie à coucher dehors " Ed Folio